Tom Wesselmann

Cincinnati 1931 – New York 2004

Né à Cincinnati en 1931, il s’inscrit à la faculté de psychologie de sa ville natale et commence à s’exprimer artistiquement en 1952, quand il est enrôlé dans la guerre de Corée. Rentré de la guerre, il s’inscrit à l’Art Academy de Cincinnati et ensuite, en 1956, à la Cooper Union School for Arts and Architecture de New York. Il connaît un discret succès en dessinant des bandes dessinées ; dans l’atmosphère très vive de New York des années 1950 il connaît beaucoup d’artistes, et est foudroyé par l’œuvre de Motherwell et de De Kooning. En 1958, il se décide à devenir peintre et abandonne les bandes dessinées pour s’adonner à une recherche esthétique plus engagée qui lui permettra de définir son style. Il fonde en 1959 la Judson Gallery avec Jim Dine et y expose des petits collages ; il commence à s’affirmer dans le monde de l’art avec la série Great american nudes, dans laquelle, à partir de 1961, il expérimente de nouveaux ensembles de matériaux et de techniques, en jouant sur une palette “patriotique” qui comprend presque toujours le rouge, le bleu et le blanc du drapeau américain. Il devient l’une des voix les plus intéressantes du Pop Art américain. En 1961, il réalise sa première exposition personnelle à la Tanager Gallery à New York, et en 1962 à la Green Gallery. Dans la même année, il connaît Leo Castelli qui le présente à plusieurs collectionneurs ; il est à l’importante exposition « New Realists » avec Liechtenstein, Warhol, Oldenburg, Christo, Klein, et ensuite à l’exposition « Nouveau Réalisme » à la Galerie Rive Droite à Paris. Il commence en 1962 la série des Still life et en 1964 celle des Landscapes. Pendant les années 1960, il expose frénétiquement et introduit les thèmes discrètement érotiques des Mouths, des Bathtubs, des Bedrooms et des Smokers, qui reviendront souvent dans les années 1970. Il participe à la IXe Biennale de São Paulo et à Documenta IV, et à la fin des années 1970, commence à peindre des tableaux aux dimensions monumentales. En 1980, il publie une autobiographie avec le pseudonyme Slim Stealingworth, et commence à s’approcher de la sculpture avec des œuvres en acier et aluminium. Pendant les années 1980, il perfectionne de plus en plus sa technique de sculpture, expose à la Biennale de Venise de 1988 et tient plusieurs rétrospectives dans le monde entier. Les années 1990 sont dévouées aux Nudes et aux Sculptures abstraites en métal. Atteint d’une maladie cardiaque, sa santé se détériore et il s’éteint au mois de décembre 2004.

Né à Cincinnati en 1931, il s’inscrit à la faculté de psychologie de sa ville natale et commence à s’exprimer artistiquement en 1952, quand il est enrôlé dans la guerre de Corée. Rentré de la guerre, il s’inscrit à l’Art Academy de Cincinnati et ensuite, en 1956, à la Cooper Union School for Arts and Architecture de New York. Il connaît un discret succès en dessinant des bandes dessinées ; dans l’atmosphère très vive de New York des années 1950 il connaît beaucoup d’artistes, et est foudroyé par l’œuvre de Motherwell et de De Kooning. En 1958, il se décide à devenir peintre et abandonne les bandes dessinées pour s’adonner à une recherche esthétique plus engagée qui lui permettra de définir son style. Il fonde en 1959 la Judson Gallery avec Jim Dine et y expose des petits collages ; il commence à s’affirmer dans le monde de l’art avec la série Great american nudes, dans laquelle, à partir de 1961, il expérimente de nouveaux ensembles de matériaux et de techniques, en jouant sur une palette “patriotique” qui comprend presque toujours le rouge, le bleu et le blanc du drapeau américain. Il devient l’une des voix les plus intéressantes du Pop Art américain. En 1961, il réalise sa première exposition personnelle à la Tanager Gallery à New York, et en 1962 à la Green Gallery. Dans la même année, il connaît Leo Castelli qui le présente à plusieurs collectionneurs ; il est à l’importante exposition « New Realists » avec Liechtenstein, Warhol, Oldenburg, Christo, Klein, et ensuite à l’exposition « Nouveau Réalisme » à la Galerie Rive Droite à Paris. Il commence en 1962 la série des Still life et en 1964 celle des Landscapes. Pendant les années 1960, il expose frénétiquement et introduit les thèmes discrètement érotiques des Mouths, des Bathtubs, des Bedrooms et des Smokers, qui reviendront souvent dans les années 1970. Il participe à la IXe Biennale de São Paulo et à Documenta IV, et à la fin des années 1970, commence à peindre des tableaux aux dimensions monumentales. En 1980, il publie une autobiographie avec le pseudonyme Slim Stealingworth, et commence à s’approcher de la sculpture avec des œuvres en acier et aluminium. Pendant les années 1980, il perfectionne de plus en plus sa technique de sculpture, expose à la Biennale de Venise de 1988 et tient plusieurs rétrospectives dans le monde entier. Les années 1990 sont dévouées aux Nudes et aux Sculptures abstraites en métal. Atteint d’une maladie cardiaque, sa santé se détériore et il s’éteint au mois de décembre 2004.

  • Claire's valentine 14, 1973, crayon et liquitex sur carton, 25,5 x 20 cm

Claire's valentine 14, 1973, crayon et liquitex sur carton, 25,5 x 20 cm

Revenir à la liste



fleche-avenir fleche-passe