Umberto Boccioni

Reggio Calabria 1882 – 1916

La recherche artistique de Umberto Boccioni est étroitement liée au Futurisme. Plus encore, elle est l’essence même du mouvement, dont Boccioni a été le principal théoricien et l’un des plus importants représentants.

Il naît en 1882 à Reggio Calabria, où sa famille s’était installée pour suivre l’un des fréquents déplacements de travail de son père. Il ira notamment à Forlì, à Gênes, à Padoue, à Catane et enfin, en 1901, à Rome où il rencontre Severini, avec qui, il fréquente l’atelier de Balla.

En 1903, il s’inscrit à l’Ecole du Nu, où il fait la connaissance de Mario Sironi. C’est en 1903 que Boccioni peint sa première œuvre, Campagna Romana, dans laquelle les influences et les techniques divisionnistes apprises à l’école de Balla sont évidentes. En 1905, il organise avec Severini l’ « Exposition des Refusés » au Théâtre Costanzi à Rome. En 1906, déçu par le provincialisme italien, il commence à voyager : d’abord Paris, dont la “modernité “ le frappe, puis la Russie. Il rentre en Italie et termine ses études à Venise, et se rend à Milan en 1907. A cette époque, Milan est une ville moderne et dynamique, tournée vers le progrès. Il fréquente alors Previati et Marinetti et il écrit le Manifeste des peintres futuristes en 1910, avec Carrà, Russolo, Balla et Severini, et l’année suivante le Manifeste technique de la littérature futuriste. Le Futurisme est né de sa ferme intention de se débarrasser définitivement de la tradition pour suivre la modernité et le progrès d’un monde en évolution continue et accélérée. Ses tableaux futuristes sont tous centrés sur l’idée d’expression du mouvement. Rixe en galerie de 1910, Dynamisme d’un joueur de football de 1911 et Dynamisme d’un cycliste de 1913, exemplifient parfaitement ce tourbillon de formes et de couleurs qui va devenir l’essence même de son style. Sa recherche s’étend aussi à la sculpture, en préférant d’abord les matériels comme le bois et le fer. Sa sculpture en bronze Formes Uniques de la Continuité dans l’Espace de 1913 a été longtemps l’emblème de l’homme moderne et de la modernité.

En 1912, sa première exposition futuriste a lieu à la galerie Bernheim-Jeune de Paris, et en 1913, il collabore à la revue Lacerba et perfectionne sa théorie du Dynamisme Plastique. Fidèle à son credo interventionniste, il s’enrôle quand la Guerre éclate.

Il meurt prématurément en 1916, suite à une chute de cheval.

La recherche artistique de Umberto Boccioni est étroitement liée au Futurisme. Plus encore, elle est l’essence même du mouvement, dont Boccioni a été le principal théoricien et l’un des plus importants représentants.

Il naît en 1882 à Reggio Calabria, où sa famille s’était installée pour suivre l’un des fréquents déplacements de travail de son père. Il ira notamment à Forlì, à Gênes, à Padoue, à Catane et enfin, en 1901, à Rome où il rencontre Severini, avec qui, il fréquente l’atelier de Balla.

En 1903, il s’inscrit à l’Ecole du Nu, où il fait la connaissance de Mario Sironi. C’est en 1903 que Boccioni peint sa première œuvre, Campagna Romana, dans laquelle les influences et les techniques divisionnistes apprises à l’école de Balla sont évidentes. En 1905, il organise avec Severini l’ « Exposition des Refusés » au Théâtre Costanzi à Rome. En 1906, déçu par le provincialisme italien, il commence à voyager : d’abord Paris, dont la “modernité “ le frappe, puis la Russie. Il rentre en Italie et termine ses études à Venise, et se rend à Milan en 1907. A cette époque, Milan est une ville moderne et dynamique, tournée vers le progrès. Il fréquente alors Previati et Marinetti et il écrit le Manifeste des peintres futuristes en 1910, avec Carrà, Russolo, Balla et Severini, et l’année suivante le Manifeste technique de la littérature futuriste. Le Futurisme est né de sa ferme intention de se débarrasser définitivement de la tradition pour suivre la modernité et le progrès d’un monde en évolution continue et accélérée. Ses tableaux futuristes sont tous centrés sur l’idée d’expression du mouvement. Rixe en galerie de 1910, Dynamisme d’un joueur de football de 1911 et Dynamisme d’un cycliste de 1913, exemplifient parfaitement ce tourbillon de formes et de couleurs qui va devenir l’essence même de son style. Sa recherche s’étend aussi à la sculpture, en préférant d’abord les matériels comme le bois et le fer. Sa sculpture en bronze Formes Uniques de la Continuité dans l’Espace de 1913 a été longtemps l’emblème de l’homme moderne et de la modernité.

En 1912, sa première exposition futuriste a lieu à la galerie Bernheim-Jeune de Paris, et en 1913, il collabore à la revue Lacerba et perfectionne sa théorie du Dynamisme Plastique. Fidèle à son credo interventionniste, il s’enrôle quand la Guerre éclate.

Il meurt prématurément en 1916, suite à une chute de cheval.

  • Paysage avec arbres, 1908, pastel sur papier, 38 x 34 cm

Paysage avec arbres, 1908, pastel sur papier, 38 x 34 cm

Revenir à la liste



fleche-avenir fleche-passe