Wifredo Lam

Cuba 1902 – Paris 1982

Wifredo Lam est un peintre cubain né en 1902 à Sagua la Grande d’un père chinois et d’une mère afro-hispanique. Artiste au carrefour de tous les métissages, il produit une œuvre alliant modernisme occidental et symboles africains ou caribéens.

En 1916, il déménage à la Havane pour commencer ses études à l’Ecole des Beaux-Arts de la Havane jusqu’en 1923. En 1923, il part pour l’Espagne pour poursuivre ses études d’art où il restera jusqu’en 1938. Il découvre le patrimoine européen classique au musée du Prado ainsi que les avant-gardes de son époque : de Salvador Dalí à Paul Cézanne en passant par Paul Gauguin. C’est en arrivant à Paris en 1938 qu’il rencontre véritablement les figures emblématiques du début du XXème siècle tels que Pablo Picasso, Joan Miró, Fernand Léger, les Surréalistes, parmi d’autres. Dès cette époque, sa peinture se rapproche du Surréalisme, mouvement dont il sera un membre à part entière dès sa rencontre en 1939 avec André Breton.

En 1940, Wifredo Lam part pour Marseille fuyant l’invasion allemande puis rapidement il regagne sa terre natale sans cesser le contact avec les surréalistes. En 1946, il effectue un voyage initiatique de plusieurs mois à Haïti où il s’imprègne des rites vaudous et croyances magiques locales lui permettant d’enrichir son vocabulaire artistique déjà métissé.

Lam retourne à Paris en 1946 puis s’y installe en 1952. Dans ses peintures tardives, son langage pictural retrouve l’imagerie des débuts, on assiste à une véritable simplification des formes et une grande richesse de la couleur. Il s’essayera par la suite à d’autres techniques telles que la céramique grâce à sa rencontre avec Asger Jorn à Albissola Mare au milieu des années 1950 et développera un intérêt croissant pour la gravure. Il meurt à Paris en 1982.

Wifredo Lam est un peintre cubain né en 1902 à Sagua la Grande d’un père chinois et d’une mère afro-hispanique. Artiste au carrefour de tous les métissages, il produit une œuvre alliant modernisme occidental et symboles africains ou caribéens.

En 1916, il déménage à la Havane pour commencer ses études à l’Ecole des Beaux-Arts de la Havane jusqu’en 1923. En 1923, il part pour l’Espagne pour poursuivre ses études d’art où il restera jusqu’en 1938. Il découvre le patrimoine européen classique au musée du Prado ainsi que les avant-gardes de son époque : de Salvador Dalí à Paul Cézanne en passant par Paul Gauguin. C’est en arrivant à Paris en 1938 qu’il rencontre véritablement les figures emblématiques du début du XXème siècle tels que Pablo Picasso, Joan Miró, Fernand Léger, les Surréalistes, parmi d’autres. Dès cette époque, sa peinture se rapproche du Surréalisme, mouvement dont il sera un membre à part entière dès sa rencontre en 1939 avec André Breton.

En 1940, Wifredo Lam part pour Marseille fuyant l’invasion allemande puis rapidement il regagne sa terre natale sans cesser le contact avec les surréalistes. En 1946, il effectue un voyage initiatique de plusieurs mois à Haïti où il s’imprègne des rites vaudous et croyances magiques locales lui permettant d’enrichir son vocabulaire artistique déjà métissé.

Lam retourne à Paris en 1946 puis s’y installe en 1952. Dans ses peintures tardives, son langage pictural retrouve l’imagerie des débuts, on assiste à une véritable simplification des formes et une grande richesse de la couleur. Il s’essayera par la suite à d’autres techniques telles que la céramique grâce à sa rencontre avec Asger Jorn à Albissola Mare au milieu des années 1950 et développera un intérêt croissant pour la gravure. Il meurt à Paris en 1982.

  • Petite forêt, 1944, huile sur papier marouflé sur toile, 93 x 72 cm

Petite forêt, 1944, huile sur papier marouflé sur toile, 93 x 72 cm

Revenir à la liste



fleche-avenir fleche-passe