Jannis Kounellis

Le Pirée 1936 - Rome 2017

Jannis Kounellis naît dans le Pirée en Grèce en 1936.
A l’âge de 19 ans, il arrive en Italie et s’établit à Rome où il fréquentera l’Académie de Beaux-Art ; il se considère militant de la culture italienne, la même qui a produit la Madonna de Titien, qu’il considère comme un des symbole révolutionnaire qui l’a le plus inspiré. Comme il le révèlera par la suite, l’italien n’est pas sa langue maternelle mais s’inscrit dans la logique de l’artiste.
A la fin des années 1950, il élabore une forme poétique basée sur la composition de figures élémentaires du langage comme les lettres et les chiffres qui deviendront le sujet de sa première exposition à la Galerie La Tartaruga de Rome ; il est alors âgé de 20 ans.
Après une interruption de deux ans, il reprend en 1967 son travail artistique et expose avec des artistes de l’Arte Povera à la galerie de l’Attico à Rome, où il montrera une de ses œuvres les plus connues auprès du public : une installation avec douze chevaux vivants.
Durant les dix années qui suivent, il introduit dans son œuvre des matériaux dits pauvres comme la toile de jute, le charbon, le fer et la laine les assemblant avec des éléments dits naturels tels que des animaux ou des plantes, dans le but d’inventer une nouvelle forme de langage où la nature, la culture et la vie pourrait dialoguer. Il produit ainsi ce qu’il appelle des « figures vitales ».
En 1972, il expose à la Dokumenta 5 de Kassel et à la Biennale de Venise. Au même moment, Kounellis poursuit son activité artistique de plus en plus liée au théâtre, en intégrant une dimension plus théâtrale et musicale à son œuvre. Il réalisera alors plusieurs décors d'opéras.
Depuis 1992, il est professeur à la Kunstakademie de Düsseldorf. Durant ces dernières années la production de Jannis Kounellis s’est caractérisée par une récupération et une combinaison des thématiques citées précédemment selon une monumentalité correspondant à sa vocation d’origine, à l’échelle urbaine.
Yannis Kounellis est décédé le 16 février 2017 à Rome en Italie à l’âge de 80 ans.

Jannis Kounellis naît dans le Pirée en Grèce en 1936.
A l’âge de 19 ans, il arrive en Italie et s’établit à Rome où il fréquentera l’Académie de Beaux-Art ; il se considère militant de la culture italienne, la même qui a produit la Madonna de Titien, qu’il considère comme un des symbole révolutionnaire qui l’a le plus inspiré. Comme il le révèlera par la suite, l’italien n’est pas sa langue maternelle mais s’inscrit dans la logique de l’artiste.
A la fin des années 1950, il élabore une forme poétique basée sur la composition de figures élémentaires du langage comme les lettres et les chiffres qui deviendront le sujet de sa première exposition à la Galerie La Tartaruga de Rome ; il est alors âgé de 20 ans.
Après une interruption de deux ans, il reprend en 1967 son travail artistique et expose avec des artistes de l’Arte Povera à la galerie de l’Attico à Rome, où il montrera une de ses œuvres les plus connues auprès du public : une installation avec douze chevaux vivants.
Durant les dix années qui suivent, il introduit dans son œuvre des matériaux dits pauvres comme la toile de jute, le charbon, le fer et la laine les assemblant avec des éléments dits naturels tels que des animaux ou des plantes, dans le but d’inventer une nouvelle forme de langage où la nature, la culture et la vie pourrait dialoguer. Il produit ainsi ce qu’il appelle des « figures vitales ».
En 1972, il expose à la Dokumenta 5 de Kassel et à la Biennale de Venise. Au même moment, Kounellis poursuit son activité artistique de plus en plus liée au théâtre, en intégrant une dimension plus théâtrale et musicale à son œuvre. Il réalisera alors plusieurs décors d'opéras.
Depuis 1992, il est professeur à la Kunstakademie de Düsseldorf. Durant ces dernières années la production de Jannis Kounellis s’est caractérisée par une récupération et une combinaison des thématiques citées précédemment selon une monumentalité correspondant à sa vocation d’origine, à l’échelle urbaine.
Yannis Kounellis est décédé le 16 février 2017 à Rome en Italie à l’âge de 80 ans.

  •  Sans titre, 1989, fer, plomb, lampe et carbon, 180 x 1600 cm

Sans titre, 1989, fer, plomb, lampe et carbon, 180 x 1600 cm

Revenir à la liste



fleche-avenir fleche-passe