Filippo De Pisis

Ferrara 1896 – Milan 1956

Luigi-Filippo Tibertelli de Pisis, plus connu sous le pseudonyme de Filippo de Pisis, naît à Ferrara en 1896.

Intéressé d’abord par la littérature, il commence à peindre et dessiner dans sa ville natale à l’école du maître Odoardo Domenichini. En 1915, il rencontre De Chirico et Savinio, et en 1917 Carlo Carrà. En 1920, il s’installe à Rome et se rapproche des artistes réunis autour de la revue Valori Plastici. Les influences de ses premières années de formation seront déterminantes dans l’élaboration de son propre style.

Parmi ses œuvres des années 1920 certaines sont remarquables comme les Natures Mortes aux atmosphères nostalgiques et métaphysiques empruntées aux frères de De Chirico. En 1925, il se rend à Paris, où il étudie les œuvres de Manet, Corot, Matisse et des Fauves. Son emploi de la couleur devient plus conscient et raffiné, et ses sujets comprennent des natures mortes marines, des paysages urbains, des nus et les célèbres Bouquets de fleurs qui l’accompagneront tout au long sa carrière.

En 1926, sa première exposition personnelle se tient à la Galerie Au Sacre du Printemps à Paris et il s’unit au Groupe des Italiens à Paris, qui comprenait Campigli, De Chirico, Savinio, Tozzi, Paresce et Pozzati.

Il est présent à l’exposition “Appels d’Italie” à la Biennale de Venise en 1930. L’année suivante, il voyage en Angleterre, où il rencontre le milieu artistique londonien. Il y capture la lumière du Nord dans une série de Vues de Londres aux traits vibrants et nerveux. Quand la Seconde Guerre éclate, il se rend à Milan, voyage à Venise où il étudie Guardi et les peintures des vues du XVIII siècle, puis à Rome où il peint beaucoup de Bouquets de Fleurs aux tons chauds et pâteux. Ses œuvres s’affirment, et l’artiste expose et rencontre un très grand succès, surtout aux Biennales de Venise en 1948 et 1954.
Sa santé s’aggrave et il s’éteint à Milan en 1956.

Luigi-Filippo Tibertelli de Pisis, plus connu sous le pseudonyme de Filippo de Pisis, naît à Ferrara en 1896.

Intéressé d’abord par la littérature, il commence à peindre et dessiner dans sa ville natale à l’école du maître Odoardo Domenichini. En 1915, il rencontre De Chirico et Savinio, et en 1917 Carlo Carrà. En 1920, il s’installe à Rome et se rapproche des artistes réunis autour de la revue Valori Plastici. Les influences de ses premières années de formation seront déterminantes dans l’élaboration de son propre style.

Parmi ses œuvres des années 1920 certaines sont remarquables comme les Natures Mortes aux atmosphères nostalgiques et métaphysiques empruntées aux frères de De Chirico. En 1925, il se rend à Paris, où il étudie les œuvres de Manet, Corot, Matisse et des Fauves. Son emploi de la couleur devient plus conscient et raffiné, et ses sujets comprennent des natures mortes marines, des paysages urbains, des nus et les célèbres Bouquets de fleurs qui l’accompagneront tout au long sa carrière.

En 1926, sa première exposition personnelle se tient à la Galerie Au Sacre du Printemps à Paris et il s’unit au Groupe des Italiens à Paris, qui comprenait Campigli, De Chirico, Savinio, Tozzi, Paresce et Pozzati.

Il est présent à l’exposition “Appels d’Italie” à la Biennale de Venise en 1930. L’année suivante, il voyage en Angleterre, où il rencontre le milieu artistique londonien. Il y capture la lumière du Nord dans une série de Vues de Londres aux traits vibrants et nerveux. Quand la Seconde Guerre éclate, il se rend à Milan, voyage à Venise où il étudie Guardi et les peintures des vues du XVIII siècle, puis à Rome où il peint beaucoup de Bouquets de Fleurs aux tons chauds et pâteux. Ses œuvres s’affirment, et l’artiste expose et rencontre un très grand succès, surtout aux Biennales de Venise en 1948 et 1954.
Sa santé s’aggrave et il s’éteint à Milan en 1956.

  • Fleurs, 1939, huile sur carton entoilé, 69 x 53 cm

Fleurs, 1939, huile sur carton entoilé, 69 x 53 cm

Revenir à la liste



fleche-avenir fleche-passe