Arman

Nice 1928 – New York 2005

Arman, né le 17 novembre 1928, est un artiste protéiforme, célèbre pour ses accumulations. Il fut l’un des premiers à travailler à partir d’objets manufacturés qui, dans son travail, sont matière à création mais doivent rester reconnaissables (montres, poupées, voitures, outils, appareils photos, instruments de musique, etc.).

Arman s'est intéressé au statut de l'objet et au rapport que les sociétés modernes entretiennent avec celui-ci, entre sacralisation et consommation. Toute sa vie, Arman fut un collectionneur passionné d'objets usuels (montres, armes, stylos...) et d'objets d'art, en particulier d'art africain traditionnel dont il était un connaisseur, spécialiste apprécié et reconnu.

Après ses études secondaires, il entre à l'École des arts décoratifs de Nice (aujourd'hui la Villa Arson) puis à l’école du Louvre. Il rencontre Yves Klein et Claude Pascal à l'école de judo qu'ils fréquentent à Nice en 1947. En 1955, la Galerie du Haut-Pavé organise sa première exposition personnelle à Paris. Ses premiers « Cachets » (traces d'objets encrés ou peints) datent de 1956. Fin 1957, Arman, qui signe ses œuvres de son prénom en hommage à Van Gogh, décide d'abandonner le « d » d'Armand et officialise sa signature d'artiste en 1958, à l'occasion d'une exposition chez Iris Clert. En 1960, il utilise pour la première fois du plexiglas et fait l'exposition Le Plein où il remplit la galerie d'Iris Clert d'objets de rebut et du contenu de poubelles sélectionnées. Cette exposition est le contrepoint de l'exposition Le Vide organisée deux ans plus tôt à la même galerie par son ami Yves Klein.

La même année, sous la houlette du critique d'art Pierre Restany, Arman devient, avec Yves Klein, l'un des membres fondateurs du groupe des Nouveaux Réalistes (proclamés par lui « nouvelles approches perceptives du réel »), aux côtés notamment de François Dufrêne, Raymond Hains, Martial Raysse, Daniel Spoerri, Jean Tinguely et Jacques Villeglé, rejoint plus tard par César, Mimmo Rotella, Niki de Saint Phalle, Gérard Deschamps et en 1963 Christo.

À partir de 1961, Arman développe sa carrière à New York, où il réside et travaille la moitié de son temps, en alternance avec sa vie à Nice jusqu'en 1967, puis à Vence jusqu'à sa mort. Arman est représenté dans tous les musées internationaux. Une exposition lui a été consacrée au Centre Pompidou en 2010 à Paris et au Musée Tinguely à Bâle (Suisse) en 2011.

Arman, né le 17 novembre 1928, est un artiste protéiforme, célèbre pour ses accumulations. Il fut l’un des premiers à travailler à partir d’objets manufacturés qui, dans son travail, sont matière à création mais doivent rester reconnaissables (montres, poupées, voitures, outils, appareils photos, instruments de musique, etc.).

Arman s'est intéressé au statut de l'objet et au rapport que les sociétés modernes entretiennent avec celui-ci, entre sacralisation et consommation. Toute sa vie, Arman fut un collectionneur passionné d'objets usuels (montres, armes, stylos...) et d'objets d'art, en particulier d'art africain traditionnel dont il était un connaisseur, spécialiste apprécié et reconnu.

Après ses études secondaires, il entre à l'École des arts décoratifs de Nice (aujourd'hui la Villa Arson) puis à l’école du Louvre. Il rencontre Yves Klein et Claude Pascal à l'école de judo qu'ils fréquentent à Nice en 1947. En 1955, la Galerie du Haut-Pavé organise sa première exposition personnelle à Paris. Ses premiers « Cachets » (traces d'objets encrés ou peints) datent de 1956. Fin 1957, Arman, qui signe ses œuvres de son prénom en hommage à Van Gogh, décide d'abandonner le « d » d'Armand et officialise sa signature d'artiste en 1958, à l'occasion d'une exposition chez Iris Clert. En 1960, il utilise pour la première fois du plexiglas et fait l'exposition Le Plein où il remplit la galerie d'Iris Clert d'objets de rebut et du contenu de poubelles sélectionnées. Cette exposition est le contrepoint de l'exposition Le Vide organisée deux ans plus tôt à la même galerie par son ami Yves Klein.

La même année, sous la houlette du critique d'art Pierre Restany, Arman devient, avec Yves Klein, l'un des membres fondateurs du groupe des Nouveaux Réalistes (proclamés par lui « nouvelles approches perceptives du réel »), aux côtés notamment de François Dufrêne, Raymond Hains, Martial Raysse, Daniel Spoerri, Jean Tinguely et Jacques Villeglé, rejoint plus tard par César, Mimmo Rotella, Niki de Saint Phalle, Gérard Deschamps et en 1963 Christo.

À partir de 1961, Arman développe sa carrière à New York, où il réside et travaille la moitié de son temps, en alternance avec sa vie à Nice jusqu'en 1967, puis à Vence jusqu'à sa mort. Arman est représenté dans tous les musées internationaux. Une exposition lui a été consacrée au Centre Pompidou en 2010 à Paris et au Musée Tinguely à Bâle (Suisse) en 2011.

  • Sans titre, 1970, contrebasse brûlée incluse dans le plexi, 200 x 160 cm

Sans titre, 1970, contrebasse brûlée incluse dans le plexi, 200 x 160 cm

Revenir à la liste



fleche-avenir fleche-passe